Mission : test des vélos et du matériel de bivouac

Comme on s’est dit que partir à l’arrache sans savoir monter notre tente ou faire fonctionner le réchaud n’était peut-être pas très judicieux, on a opté pour un entraînement d’une semaine en conditions « presque » réelles. L’occasion de rendre visite à de très bons amis … direction Madrid !

Faux départ / Le premier coup de pédale était prévu le dimanche matin 4 décembre. Surprise ! Des trombes d’eau nous attendaient dehors. On nous avait pourtant dit que le soleil brillait aussi l’hiver à Madrid ; nous aurait-on menti ?

Comme on ne voulait pas se dégoûter avant même d’être rodés, nous avons décidé de repousser le départ au lendemain, le temps de faire le plein de calories dans les bars à tapas ! (si on avait eu mieux connaissance de la topographie de la région, on aurait peut-être évité… 😉 )

Côté équipement / Ouf ! Les vélos étaient en stock chez le fabricant…merci à notre partenaire Mondovélo Ruaudin pour avoir pu les rapatrier et les préparer à temps !

Voici les montures :

espagne-001

Oupsssss …. pardon, on s’est trompés de photo. Là c’est mieux…

espagne-002

Enfin… c’est le grand jour ! L’excitation se mêle au doute. Comment faire tenir ces énormes sacs sur notre vélo ?

espagne-003

Après 2 heures de bricolo-bricolette, on s’élance sous le regard amusé de nos amis qui nous prennent pour des fous !

Comment le vélo va-t-il se comporter avec le poids de notre chargement ? Plutôt bien finalement. La conduite est très agréable. (enfin pour le moment, c’est plat!)

espagne-004

Pour ce test, nous n’avions pas encore les sacoches, nous avons donc du fixer des sacs à dos sur le porte-bagages, ce qui nous prenait environ 1h tous les matins. Super rassurant d’entendre les craquements des sacs pendant le sanglage, surtout quand tu as tes lunettes à l’intérieur !  😉 Autant vous dire que le premier jour, on s’arrêtait tous les 100m pour redresser nos paquetages avant de trouver le bon système !

Il nous aura quand même fallut 75 km le premier jour pour quitter la ville très étendue de Madrid. Pour le baptême du camping sauvage, nous n’aurons trouvé qu’un morceau de terrain privé sûrement peuplé de cochons sauvages au vu des traces laissées sur le sol et des bruits suspects qui nous ont gardés éveillés une partie de la nuit pour certains…(ils sont beaux les aventuriers !  😉 )

Malgré ça, le bonheur de se réveiller en pleine nature, avec pour seul réveil la lumière du jour, est sans égal.

On a aussi trouvé des endroits très très sympas…

espagne-005

L’avantage de l’hiver c’est que bon, il caille, mais au moins, il n’y a personne !
En voici pour preuve cette jolie gelée blanche…résistance des duvets au 0° : Check.

espagne-006aespagne-007

Heureusement qu’on a su faire fonctionner le réchaud dès le premier soir. On nous avait prévenu au Vieux Campeur qu’il était compliqué d’utilisation, mais c’est sans compter sur notre Mac Gyver ! (Alex, alias Loulou)

Bah oui parce que manger chaud quand il fait 5°C, ça remonte vraiment le moral !

espagne-008

Sinon, est-ce qu’on se parle du dénivelé ???? oh my god ! Sur les 500 km prévus initialement, nous n’en aurons couvert que 300. Il faut dire que la région de Madrid, ce n’est pas vraiment la Beauce. Quand tu penses que t’es en haut…et bien non, une côte se dessine à chaque nouveau virage. Quand on y rajoute le poids du chargement et notre super entraînement « tapas », ça pique !! 😀

Mis à part ça, on se délecte des paysages. Peu de photos car l’appareil est coincé dans le sac et pas moyen de passer une demi-heure à re-sangler. Vive le téléphone…

On the road…

espagne-009espagne-010espagne-011espagne-012

La pause déjeuner est composée d’un kilo de clémentines et d’eau empruntée au tuyau d’arrosage de la Croix Rouge locale. Désolés, on fait comme on peut ! On a un budget serré à tenir…

espagne-013

Après chaque arrêt, quel supplice de reposer nos fesses endolories sur la selle ! Au bout du 6ème jour…on ne savait plus trop comment s’asseoir. Mais il paraît qu’au bout d’un moment, on ne sent plus rien ! Vivement ce moment !

La vie en bivouac s’organise tranquillement…

espagne-014espagne-015espagne-016espagne-017

On a même une salle de bains !

espagne-018

La toilette est assez rapide étant donné la température plutôt fraîche de l’eau (sûrement en-dessous des 10°C)  ce qui nous coupe un peu la respiration quand on se mouille.

Après la trempette, rien de tel qu’un petit feu pour réchauffer l’atmosphère. C’est encore notre Mac Gyver qui s’en charge. Il maîtrise aussi la pierre à feu.

espagne-019espagne-020espagne-021

(on en profite même pour faire sécher nos slips!)

Notre programme quotidien est assez simple : on déjeune, on plie le campement, on roule, on fait les courses, on roule encore avec pour objectif de trouver le prochain spot sympa pour la nuit, on s’installe, on mange, on joue au Uno (encore merci aux collègues pour la version H2O indestructible de notre jeu préféré  😉 ) et on se couche avec le soleil, c’est-à-dire comme les poules, à 20h30 au plus tard. Et repeat pendant 6 jours.

Avant dernière nuit / On est bien contents d’avoir trouvé ce petit coin de paradis, certes interdit aux campeurs, c’est l’avantage d’avoir une tente kaki ! ;D Et ouais…

espagne-022espagne-023espagne-024

Salle à manger avec vue…

espagne-025

Une nouvelle salle de bains pour la toilette du matin…très vivifiant ! (torrent ou lac, c’est du pareil au même, c’est froid, très froid!)

espagne-026

On a quand-même pas fait les malins quand les hélicos ont survolé la zone le lendemain matin. Heureusement, ils ne venaient pas pour nous ! Opération camouflage réussie !

Il est déjà temps de rentrer. Dernière nuit dans un décor de brousse.

espagne-027espagne-028espagne-029

Et pourtant, les tours de Madrid en arrière-plan ne nous font pas oublier que la grande ville est toute proche! Enfin pas tant que ça en vélo, surtout quand tu crois que les parcs sont publics, alors qu’en fait, ils sont clôturés sur 25 bornes et que tu dois les contourner. Ou que tu dois monter des côtes à 20 % dans du sable raviné ou encore, passer les vélos au-dessus d’un mur, sans tomber sur la voie de chemin de fer en contrebas…qu’est-ce qu’on s’éclate !!  😉 si si on vous assure, l’aventure on adore ça !

Ainsi s’achève notre périple-test en Espagne. Cela nous a permis d’adapter la liste de notre équipement. Nous savons maintenant monter la tente en 2 minutes top chrono et allumer le réchaud sans se cramer les sourcils…

Nous sommes plus sereins pour le grand départ du 1er mai 2017.

Encore un peu de patience pour la suite de nos aventures à vélo…

De notre côté, pas mal de choses restent encore à caler. On ne quitte pas une vie « normale » aussi facilement ! 😀

A très vite,

Alex, Coco, Flo et Ion
logo-couleur-light

PS : Merci à Sébastien, Carole et Mathis pour leur accueil, c’était tout simplement parfait !!
Si vous passez par Madrid et que vous souhaitez déguster un délicieux kouign amann dans un cadre chaleureux, passez voir Carole à sa cafet’ (voir sa page facebook).

Publicités